FAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
­

Partagez | 
 

 .:Indara:. [Présentation]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Indara
Jônin de Yûdachi
Jônin de Yûdachi

avatar

Messages : 4
Expérience : 1
Date d'inscription : 27/04/2010
Age : 27
Nindô : Garder ses ennemis pres de sois et ses ennemis plus proche encore

MessageSujet: .:Indara:. [Présentation]   Mar 27 Avr - 16:16

.:HRP:.

.:Prénom:. : Alexandra

.:Age:. : 19 ans

.:Comment avez-vous découvert NDR ?:.


J'ai reçu un email présentant le forum.

.:RP:.

.:Nom:. : Inconnu

.:Prénom:. : Indara

.:Age:. : 19 ans

.:Organisation:. :


- Yûdachi


.:Grade souhaité:. : Selon les besoins du village




.:Description Physique:.


Une beauté sans grâce est une beauté sans appas. » dit l'adage. Indara est loin de ne pas posséder cette grâce si caractéristique qui rend une femme sublime aux yeux du monde. La jeune femme a l'allure et le maintien d'une sylphide ; elle a toute la beauté d'une fée venue de contrées lointaines. Nous pouvons la qualifier de grande, elle doit mesurer aux alentours d'un mètre quatre vingt, pour quelques soixante kilogrammes. Sa silhouette, féline, élancée, athlétique même, se présente tout en courbes menues, non sans élégance. Le creux de ses reins est parfaitement marqué, le galbe de ses mollets frise une touchante perfection, ses jambes infinies semblent vouloir l'élever jusqu'à un firmament inconnu et lointain. Toujours, elle se tient droite, presque avec sévérité, et ses gestes paraissent lents et calculés. Et, surplombant cette silhouette au combien longiligne, se dresse un visage de nymphe. Des traits d'une finesse extrême, une bouche rose et charnue, et, ce qui attire et envoûte avant-tout : deux grands yeux en amande, mis en valeur par des cils d'une longueur infinie, et dont les iris bleu nuit font froid dans le dos. « C'est donc une ninja aux yeux de lune noire », pourrait-on en déduire très justement, avec un peu d'amertume devant la joliesse de la combattante. Combattante ? Difficile à croire, devant ce corps frêle, et ces articulations semblant prêtes à se briser, cette peau matte, que l'on imagine déjà couverte d'hématomes au moindre impact. Pourtant, l'expression rude qu'emprunte parfois son visage angélique porte à confusion. Il est évident qu'une femme vivant sainement ne peut jeter un regard aussi froid et condescendant, on en déduit donc, candide, que celle-ci n'est pas comme les autres, que son existence doit être bien contraignante. Et pourtant, pour couronner le tout à cette beauté étrange, la belle arbore une chevelure d'une noirceur irisée, frisant vers un noir pur, lisse et soyeuse. Une mèche de ces cheveux lui barre l'œil droit, renforçant parfois ses faciès plein de sévérité. Dans ses pupilles bleues brille cette lueur qui sème le doute. Du courage, de la combattivité, de la sagesse peut-être. Ou les trois en même temps. Ce qui est sûr, c'est que rien ne semble capable d'ébranler sa détermination. Pour ce qui est de sa tenue vestimentaire, elle n'échappe pas à la règle ; elle porte l'habituelle tenue de combat relative aux ninjas. C'est-à-dire une combinaison verte très claire qui colle au corps et bien entendu, ornant son buste, le symbole de son village, quelques traits et fioritures entrelacés, qui pourtant veulent tant dire. Pour finir, dans son dos, on peut apercevoir un long manche, où se trouve gravé ce même symbole. C'est un sabre qu'elle se doit d'emporter partout où elle va, ces immenses épées que l'on dit plus grandes que les guerrières. Aujourd'hui, lorsqu'elle tombe par hasard nez-à-nez avec son reflet, le reflet d'une âme brisée, elle peine parfois à se reconnaître...



.:Description mentale:.


Des gens, il en meurt par milliers chaque jour, et elle ne s'en émeut tant que ce ne sont que quelques inconnus le plus au bout du monde possible. Déjà les morts violentes de gens géographiquement proche d'elle lui font le plus mal. Mais elle tourne la page du journal, fait divers suivant. La mort d'une amie pleine de vie, à l'aube d'un bonheur naissant, lui vaut un regard d'incrédulité, une petite douleur, une indignation et puis plus rien. Indara pense que les disparus n'auraient pas voulu qu'on les pleure alors elle ne les pleurent pas. Regretter, oui elle regrette et cherche à évacuer mais elle ne peut rien oublier. Elle ne regrette que de "vivre", quand ce n'est que ça, la vie : une torture latente. Mais Indara n'est pas suicidaire, juste dégoutée. Et il paraît que ça passe avec le temps. Alors passons. Elle est la réponse à toutes les questions qu'elle ne se posera jamais, le bâton dont elle n'a nul besoin pour appuyer ses pas. Elle est la logique qui entrave ses passions, et la passion qui n'est que danger sur son chemin. Alors elle possède la foi, elle a un but et ce but la définie. C'est ce qui lui donne sa résolution et son inébranlable confiance. Grâce à sa foi, Indara reste intègre et, même dans ses heures les plus sombres, c'est elle qui l'illumine comme une chandelle intérieure. La foi guide ses pas, de sa naissance à la tombe. Elle lui montre le chemin et l'empêche de s'égarer dans les bosquets ténébreux où la guette la folie. Perdre la foi, c'est lui faire perdre son but, être privée de la lumière qui la guide, car Indara sans foi ne peut demeurer fidèle à elle-même, et son esprit inoccupé s'égarerait dans les ténèbres. Sa foi inconditionnel envers son Dieu ne peut que la mener à sa propre destruction, elle le sait, elle l'accepte. Tout donner pour ne rien recevoir, sauf un espoir qu'un jour peut être ce Dieu quitterait ses grands desseins pour se retourner vers elle. Quelle pitié de l'avoir laisser en vie, quelle déchéance suprême d'une femme sans pouvoir, obliger de s'agripper à l'espoir.


.:Affinité:. :


- Futon = Vent



.:Utilisation d’une arme:. :

Une flûte de bois noir dans l'optique d'utiliser des genjutsus.



.:Histoire:.



Face à une si grande folie

on ne peut que conclure en disant

que la seule circonstance atténuante

que peut avoir un tel ninja est de ne pas exister

parce qu'un tel monstre, si vraiment il existait

ne pourrait être que condamné à mort



.:Origines:.

Concernant le passé d'Indara, rien n'est tenu pour acquis. L'histoire reste vague à propos de la jeune femme au teint pâle qui grandit au sein du village riche en minerais mais désolé d'Hitori. La majorité des habitants travaillaient dans des mines et vivaient dans une pauvreté des plus abjectes tandis que les riches noyaient dans le sang toute tentative de remise en cause de ce statu quo. Meurtres, vols et extorsions étaient le lot quotidien à Hitori, la criminalité était florissante et les seules actions de maintien de l'ordre étaient les horribles démonstrations pleines de brutalité des hommes à la solde de la classe dirigeante. Nul n'échappait à la dépression. Ce n'étaient ni la guerre, ni les maladies, ni encore une législation quelconque qui régulait la population du village mais simplement les suicides. A la différence de bon nombre de ninjas, Indara ne fut élevé par personne mais son instinct de survie et sa constitution lui permirent de résister sans peine aux rigueurs de la cité. On dit qu'elle passa les premières années de sa vie à errer en silence dans les rues, se nourrissant des animaux qui survivaient en meutes dans les bas quartiers. Elle n'atteignit jamais les cimes du savoir intellectuel, elle ne fut pas prise en charge par de nobles mentors. Elle s'éleva plutôt au sommet de la chaîne alimentaire, commençant par se nourrir de rats et d'autres rongeurs, puis des chiens sales et décharnés qui hantaient les rues sombres, pour finir par les cadavres des nombreuses victimes de la pègre d'Hitori. Son corps taché de boue et de sang renforçait la peur qu'éprouvait envers elle la population. Un des faits les plus connus à propos d'Indara est qu'elle fut hantée par de puissantes visions tout au long de sa vie. Plutôt que de voir les myriades de possibilités offertes par le futur ainsi que certaines personnes prétendent pouvoir le faire, ses rêves étaient troubles et seuls les chemins les plus sombres lui apparaissaient. Malgré ses crises de folies répétées, la jeunesse d'Indara se transforma peu à peu en un cycle destructeur de persécution et de meurtre, tandis que son attention se focalisait sur le crime agitant la société d'Hitori. Cette croisade personnelle ne commença d'abord que par quelques interventions lorsqu'elle était témoin de quelque chose qu'elle n'approuvait pas, mais elle traqua bientôt délibérément certains habitants corrompus. Plusieurs figures proéminentes de la société corrompue d'Hitori furent portées disparues, et d'autres ne tardèrent pas à prendre leur place. Plus tard, la même année, au cours d'un été inhabituellement long et étouffant, les habitants qui osèrent protester contre leur sort peu enviable commencèrent aussi à disparaitre et les citoyens d'Hitori n'émirent bientôt plus aucune objection. On retrouva les cadavres de criminels réputés vidés comme des poissons et ceux de plusieurs officiels pendus par les pieds aux fenêtres de leur domicile. Des corps sans tête étaient atrocement mutilés et éventrés comme pour exposer leur corruption à l'air vif d'Hitori. Plusieurs de ceux qui furent retrouvés cet été-là étaient méconnaissables après le traitement qui leur avait été infligé et les gouttières étaient parfois bouchées par des membres humains que les mendiants ne mettaient pas longtemps à soulager de leurs bijoux. Il était évident qu'Indara n'avait pas le moindre scrupule à mettre à mort avec une rare brutalité ceux qui défiaient sa loi. En moins d'un an, le taux de criminalité d'Hitori chuta vertigineusement et les conséquences s'en ressentirent. Un couvre-feu s'instaura de lui-même dans la cité car plus personne n'osait sortir de chez lui après le coucher du soleil et les rues qui grouillaient ordinairement d'activité sombraient dans un silence de mort. Les mères menaçaient leurs enfants désobéissants que l'ombre ne vienne les prendre. Ce nom ce répandit rapidement parmi la population en même temps que les rumeurs selon lesquelles une créature hideuse rôdait dans les rues et les tunnels, ses griffes prêtes à égorger les égarés. Les habitants d'Hitori vivaient dans la crainte mais se taisaient de peur que leur avis ne soit pris pour une contestation. Hitori était mûre pour qu'advienne le règne d'Indara....


.:La Sombre Reine:.


Assez tôt, Indara entrevit l'espoir du salut pour son village : plus aucun crime n'était perpétré, plus aucun tueur n'arpentait les rues, hormis elle-même. Elle était devenue l'unique objet de peur et de haine. Son peuple ne vivait plus dans l'angoisse d'être tué ou dépossédé de son bien pendant son sommeil, et ne craignait plus que celle qui portait le fardeau de tout le mal sur ses épaules et qui avait découvert qu'elle le supportait très bien. Indara puisait sa force dans ce dévouement étrange et elle adopta bientôt le surnom d'ombre que ses concitoyens lui avait donné. Le passage suivant est extrait des Annales de Sakuro, un noble ayant survécu et juré fidélité à l'ombre.


"Elle nous attendait là, nous, les quelques nobles encore vivants d'Hitori, et tandis qu'elle restait dans l'ombre, elle nous sembla qu'elle allait (fragment manquant), puis elle se pencha vers nous qui paraissions ridicule en comparaison de la magnitude de sa présence. Je parvenais à peine à respirer alors que (fragment manquant), la lumière jouant sur ses traits pâles et creusés. Chacun de nous s'attendait au pire et la terreur nous paralysait.

Mais elle nous réservait un autre sort : nous allions devenir ses instruments, les portes paroles par lesquels elle commanderait le village. Ses ordres étaient indiscutables, quiconque s'écarterait de son chemin serait tué par nul autre qu'elle même. Elle mettrait la main sur les transgresseurs et ferait d'eux un exemple pour tous. Quelque chose dans le ton de sa voix me donnait envie de fuir, mais nous n'eûmes d'autre choix que d'obéir."


Indara pris ainsi le contrôle du village et absorba de nouvelles connaissances avec une diligence qui confinait à la frénésie. Elle régnait avec une justesse de jugement inégalée jusqu'au moment ou elle découvrait qu'un délit avait été commis. Elle s'employait alors à traquer le coupable dans les rues désertes au point de le faire tomber de fatique, puis elle mutilait sa proie sans pour autant la défigurer. Cette somme inattendue de sagesse bienveillante et de vengeance répugnante poussa la population vers l'honnêteté et une efficacité nouvelle. Les exportations de minerais triplèrent de volume, l'équilibre entre partage des richesses et terreur apportait une certaine cohésion à cette société. Personne n'osait plus posséder davantage que son voisin et, dans l'ombre d'Indara, le village gagna en prospérité. Les historiens associent le règne d'Indara sur Hitori à l'époque ou Yûdachi se forma après la chute de Kiri. Voici un fragment des archives personnelles de Kumo, écrites lorsque les forces de Kumo envahir la région d'Hitori dans l'optique de couper Kiri des ressources nécessaires à sa survie.

"Je savais pourquoi les escouades de ninjas déviaient leurs courses vers le village avant même de consulter les cartes, qui décrivirent une grande richesse, la prospérité et la stabilité. La Lune, le Martyr et le Monstre étaient en triangle, le Roi se tenait renversé au pied du Maitre mais, étrangement, la carte de l'Espoir était elle aussi renversée et l'horrible aspect omniprésent de la Mort dominait ce tableau. La trajectoire était définie et mes appréhensions n'étaient guère plus qu'un simple souffle dans la tornade de sa volonté."

L'histoire d'Hitori était ponctuée de référence à un évènement appelé la Venue de la Lumière. L'arrivée des forces de Kumo eut un tel impact indélébile sur les esprits des citoyens que le village fut irrévocablement bouleversé et, même si elle apporta l'espoir à la population, elle fut aussi la cause d'une terrible malédiction. Un par un les résidents d'Hitori oublièrent le sentiment de frayeur avec lequel ils avaient appris à vivre. Ils sortirent dans les rues sombres, leurs visages tournés vers l'horizon. Certains furent agités par la peur et la confusion, d'autres crièrent leur joie et d'autres encore tombèrent à plat ventre, convaincus qu'ils allaient mourir. A l'extrémité de l'immense avenue qui menait à la tour sobre et nue de l'ombre, se tenait Indara, ses cheveux longs et ternes protégeant son visage de l'intense poussière tandis que les ninjas de Kumo avançait dans sa direction. La foule s'écarta comme des épis de blé sous le souffle de la brise et un ninja ouvrit grand les bras en s'approchant d'elle. Indara fut prise de violents tremblements et plaqua ses mains griffues sur son visage. Un cri étouffé franchit les lèvres tremblantes de l'ombre et celle-ci tomba à genoux. Les plus proches de ses conseillers furent décontenancés, ce spectacle dépassait les crises dont ils avaient récemment été les témoins. Affichant un sourire bienveillant, le ninja de Kumo posa ses mains sur la tête d'Indara qui cessa de crier et laissa retomber ses mains. Le ninja parla à Indara dont la réponse retentit à son tour sur la place.

"Paix, Indara, je suis venu pour te proposer un choix"

"Ce n'est pas mon nom. Je suis l'ombre, et je sais déjà ce que vous projetez pour moi."



.:La Chute d'Hitori:.


La lueur d'espoir apportée aux hommes d'Hitori par l'arrivée de Kumo leur fut cruellement retirée lorsqu'ils partirent en les privant d'Indara. Beaucoup furent d'abord soulagés que l'ombre les ait quittés quand ils comprirent qu'ils pouvaient dès lors parler librement sans craindre un châtiment sanglant. Malgré la présence de l'administration de Kumo, Hitori retomba bien vite dans la corruption et le meurtre. Dans les faits, les rapports des administrateurs de Kumo laissés à Hitori après le départ des ninjas, devinrent de moins en moins fréquents et finirent par tomber dans la dernière irrévérence. On chuchote parmi les historiens spécialisés qu'ils mirent peu après fin a leur jour. Mais pour la population du village, le pire était de savoir que la civilisation florissait en dehors, et qu'il existait de meilleurs endroits dans le monde. Cet espoir futile n'amena que le malheur à ces hommes qui savaient que ces lieux idylliques restaient hors de leurs atteinte...




.:Nindo:. :

Ne jamais pardonner, garder ses amis près d'elle et ses ennemis plus proche encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nishima Kiguchi
Raiukage
Raiukage

avatar

Messages : 59
Expérience : 0
Date d'inscription : 04/02/2010
Nindô : « Les ténèbres ont maudit mon village, je créerai une lumière les faisant disparaître et représentant la pureté de Yûdachi. »

Données
Jauge de techniques:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: .:Indara:. [Présentation]   Mar 27 Avr - 20:51

Bonjour et bienvenue sur Naruto Dynasty - RPG !

Je te valide en tant que Jônin de Yûdachi au Niveau 3 donc 210 Exp, avec 200 dans chaque statistique ainsi que 3 points à répartir dans les Arts Shinobi selon l'orientation que tu souhaites donner à ton personnage. Tes techniques seront au palier 3.

Tu peux d'ores et déjà commencer à RP mais il te faudra un Rouleau complet pour pouvoir combattre, je t'invite donc à le faire au plus vite.

Histoire intéressante et un style très agréable et plaisant à lire, qui se distingue par rapport à d'autres.

Je te souhaite un bon RP sur notre forum et merci d'avoir décidé de nous rejoindre dans notre communauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

.:Indara:. [Présentation]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Dynasty - RPG :: Avant Tout :: Présentations :: Présentations validées-
Design & Code By TORIA
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit