FAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
­

Partagez | 
 

 Nishima Kiguchi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nishima Kiguchi
Raiukage
Raiukage

avatar

Messages : 59
Expérience : 0
Date d'inscription : 04/02/2010
Nindô : « Les ténèbres ont maudit mon village, je créerai une lumière les faisant disparaître et représentant la pureté de Yûdachi. »

Données
Jauge de techniques:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Nishima Kiguchi   Ven 30 Avr - 10:46

HRP :


• Prénom :

?

• Age :

?

• Comment avez-vous découvert NDR ? :

Bôheki Toria

RP :

• Nom :

Nishima

• Prénom :

Kiguchi

• Age :


27 ans

• Organisation :

Yûdachi


• Grade souhaité :

Raiukage

• Description physique :

Nishima Kiguchi, 27 ans, Raiukage, beau g... Non, il vaut tout de même mieux pas l'appeler comme ça, mais quand même... le dirigeant du village de Yûdachi est... comment dire ? Il est incontestable de le faire savoir à tout le monde: Kiguchi possède un physique de beau gosse, de vrai !

Sculpté tel un athlète de haut-niveau s'entraînant de façon intense régulièrement (on peut n'empêche se demander si les athlètes existaient dans le monde Shinobi...) ou un homme ayant pratiqué durant toute sa jeunesse, une activité physique régulière et difficile, Kiguchi est, on peut le dire, fait avec un corps musclé. Même si, en apparence, cela ne se voit pas, caché à cause de ses vêtements et de son physique d'homme ayant l'air maigrichon, les apparences sont très trompeuses, le Raiukage prouvant cela. Cela est dû à de nombreux efforts qu'il dût faire avant qu'il atteigne ce grade de chef de Yûdachi, et cela ne fut heureusement pas en vain. Mais, à part ce corps d'athlète qui fait sa popularité, qu'a-t-il à part cela ?
Une taille et une masse des plus normaux avant tout. Ni trop grand ni trop petit, ni trop gros ni trop maigre, le bretteur possède un parfait équilibre sur les deux points cités au dessus. Mesurant 1 mètre 79 pour 70 kilogrammes, il se trouve bien en soin, étant, selon lui, parfaitement stable et que cela ne lui causera dans un certain avenir, aucun problème de santé. Il est sûr que cela serait difficile. Et si nous passions à autre chose ?

Un visage de dieu ? N'allons pas jusque là mais il faut l'avouer: Kiguchi est un bel homme, possédant un gracieux visage, montrant une certaine pureté en lui. Une peau douce, limite comparable à celle d'un nouveau né, qui lui est propre et tout à fait agréable à toucher il possède, ses effets auprès la gente féminine sont quelque peu surprenants. Oui, ils ne tombent pas indifférents à cette belle peau, si agréable, si douce, si pure. Et ce n'est pas tout. L'homme possède des yeux que l'on pourrait qualifier sans hésiter de « merveilleux ». Ceci est fait sans prétention, c'est simplement les impressions qu'il en ressort de lui. A propos de ce qui était abordé, c'est-à-dire ses yeux, ils sont d'une couleur grise assez claire, voire très claire. Tel le magnifique pelage gris d'un loup, ils sont d'une merveilleuse beauté, difficilement égalable. C'est certainement ce qui frappe le plus chez cet homme et qui fait de lui un bel homme à la magnificence d'un séducteur.
Aussi, il tient beaucoup à quelque chose qui lui est précieux: ses cheveux. Comment ne pas tenir à cela de toute façon ? Kiguchi aime avoir les cheveux longs, particulièrement lorsqu'ils sont attachés. En même temps, vu la longueur de sa chevelure, il lui est nécessaire de les attacher avec un petit élastique très discret, ou encore, un ruban. Mais ceci dans des cas beaucoup plus rares.

Ensuite, quant à la couleur des cheveux, cela tourne autour du violet, assez clair. Pas toujours très commun de naître avec cette couleur de cheveux, mais que voulez-vous que je vous dise ? Kiguchi est né comme ça après tout. Et pourtant, il est considéré comme charismatique par son charme ainsi que l'influence qu'il a auprès de son peuple.


• Description mentale :

Nishima Kiguchi n'est pas le genre de personnes qu'on pourrait prétendre comme étant « faible ». Non, ce n'est vraiment pas ce genre de personnage qu'il incarne. Même si les apparences peuvent montrer qu'il ne s'agit pas d'un grand gaillard au mental d'acier et au caractère de guerrier fort, puissant et incroyable, il arrive à démontrer qu'il a véritablement les qualités d'un excellent combattant ainsi que d'un leader qui mérite son grade de Raiukage.

Leader est il, il se comporte en tant que dirigeant responsable. Nous avons là quelqu'un qui se sent véritablement concerné par la situation politique et économique de son village. Il ne néglige absolument rien afin de satisfaire au mieux les besoins de son village, quitte à utiliser les grands moyens afin de parvenir à ses fins. Pour lui, quand il y a besoin de quelque chose de manière vitale, il ne faut surtout pas lésiner sur les moyens afin d'atteindre son but. Ce trait de personnalité fait ressortir son côté ambitieux et déterminé à arriver à son objectif: « Pouvoir éclairer de nouveau les terres de l'ancienne Foudre » comme il dirait à sa manière.

Cet objectif qu'il aimerait tant réaliser, il fait cela pour les habitants de Yûdachi ainsi qu'en l'honneur de son père, parti à cause d'une maladie mortelle. Même s'il devait y passer, il serait prêt à se sacrifier pour son peuple, pour ceux qu'il représente, pour ceux qui ont foi en lui et qui tiennent leur espoir des paroles et des actes qu'il transmet aux diverses générations qui faisaient de ce que son village était. Le village de Yûdachi, c'est comme sa vie, il a autant de valeur que le souffle qui lui permet d'être maintenu en vie dans le monde Shinobi.
A part le comportement qu'il adopte quand il prend son rôle de Raiukage, qu'est-il excepté cela ? Nous avons devant nous une personne tout à fait normal qui aime particulièrement sourire. Kiguchi a l'habitude de montrer qu'il est un homme heureux avec un visage joyeux et une attitude d'une personne sereine et bien en soi. L'homme qu'il est appréhende très bien la vie qu'il a et en profite grandement, sans en abuser, bien évidemment. Ayant un rôle important dans son village, voire même le plus important de son village, il se doit de montrer une attitude exemplaire et responsable vis à vis de ceux qui lui font confiance. Donc, il n'abuse pas d'eux et tente d'être le plus responsable possible avec eux et ne fait pas honte à la tâche de chef de son village. Autant dire que nous avons un bon et brave homme, faisant passer les intérêts des autres avant le sien.


• Affinité :

Aucune

• Utilisation d’une arme :

Katana familial, appartenant au père de Nishima Kiguchi.

• Nindo :

« Les ténèbres ont maudit mon village, je créerai une lumière les faisant disparaître et représentant la pureté de Yûdachi. »

• Histoire:

Prochain post


Dernière édition par Nishima Kiguchi le Sam 28 Aoû - 4:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nishima Kiguchi
Raiukage
Raiukage

avatar

Messages : 59
Expérience : 0
Date d'inscription : 04/02/2010
Nindô : « Les ténèbres ont maudit mon village, je créerai une lumière les faisant disparaître et représentant la pureté de Yûdachi. »

Données
Jauge de techniques:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nishima Kiguchi   Ven 30 Avr - 10:59

• Histoire:


I. Introduction

Naître dans le village de Yûdachi, était-ce véritablement un paradis ? Pouvions-nous considérer que vivre ici était quelque chose de bien ? Les mots « paix », « amour » ou encore « bonheur » avaient-ils lieu d'être prononcés ? Certainement pas. A la place, des mots tels que « terreur », « haine » ou « mort » résonnaient sans cesse, jour et nuit, dans la tête des habitants. Et tout ça par la faute d'un seul et unique homme ! Le Shodaïme Raiukage, le frère de Killer Bee était la cause de nombreux drames, et au sein même de son village. Un homme qui ne ressentait rien, qui n'avait que faire de la vie de son peuple. Seul le pouvoir et l'argent étaient ses sources de motivations. Durant des années et des années, Yûdachi vivait dans une ombre permanence, impossible à faire disparaître. L'espoir ne venait pas, les habitants pouvaient prier pour qu'on leur laisse la vie sauve, pour qu'ils puissent vivre d'une bonne façon. Inutile de s'efforcer, il n'y avait rien à faire. Seul la mort attendait les plus stupides. Autant dire que le village était condamné...
Mais il restait une dernière solution afin de redonner l'espoir au village. Une solution qui ne plaisait guère à ceux qui l'avaient décidé, mais il n'y avait pas d'autre choix. Tuer le Raiukage, seul espoir de retrouver le chemin vers la lumière. Et donc, afin de réussir cette mission, le conseil du village fit appel aux Nishima, clan composés déjà de Shinobis d'élite, maîtrisant l'art du Kenjutsu et ayant même crée diverses techniques en rapport avec cet art. Cette mission fut dirigé par Nishima Mizuki, un puissant Jônin et fidèle serviteur de son chef. Malheureusement, il n'avait d'autre choix que de mettre un terme à la vie de celui qui le considérait comme son successeur.
La mission fut une réussite et après des années de chaos infernale, l'ombre qui pesait sur le village commençait à disparaître. Mais pas complètement, les blessures seraient longues à panser. Pour que les soins soient plus efficaces, Mizuki fut mis à la tête de Yûdachi, en tant que Nidaïme Raiukage. Tout le monde pensait que ce serait lui qui amènerait la lumière à Yûdachi, que le village deviendrait paix et bonheur. Mais qui s'attendait à ce que la mort le frappe d'ici 16 ans ? Personne. Son règne fut bon, mais pas assez long afin que le village soit complètement libéré de ses problèmes. Pourtant, après sa mort, quelqu'un reprendrait le flambeau, ce serait son fils, Nishima Kiguchi. Un excellent bretteur d'un incroyable charisme et qui serait prêt à tout afin de faire apparaître la lumière, qui planerait dessus son village. Qui était l'espoir du village ? Qu'avait-il fait pour devenir le messie attendu de la part des habitants de Yûdachi ? Et... pourquoi avait-il pris la tâche de succéder à son père; puisque celui-ci n'est pas mort d'une façon naturelle ? Tant d'interrogations...


II. Enfance


9 ans... j'avais 9 ans quand tout à véritablement commencé. Un banal garçon de 9 ans ayant pour but d'être comme son père: un Shinobi reconnu par tous. Mon père était un vaillant Shinobi qui était prêt à risquer sa vie pour le village. Sa bravoure et son courage l'avaient donné l'accès au grade de Raiukage, il devint le second leader du village de Yûdachi. Son prédécesseur, le frère du regretté Killer Bee, avait soudainement disparu lors d'une mission, personne ne savait ce qu'il était devenu. Enfin, ça, c'était ce qui avait été raconté à tous les gens. Moi-même avait cru à cette histoire de disparition, mais j'allai connaître la vérité qu'une quinzaine d'années plus tard. En attendant, j'allai passer le plus clair de mon temps à l'académie des Shinobis, fraîchement renouvelée au niveau des règles. Plus d'examen mortel ou de truc dans le genre. Cela redeviendrait une académie tout à fait normal où on apprendrait dans la joie et le bonheur, sans se soucier de la mort qui nous attendrait dans un avenir proche.

A l'académie, j'étais considéré comme un élève quelque peu agité. Disons que je n'étais pas « l'élève modèle » ou « le moteur de classe ». Pas non plus le dernier mais j'étais loin d'être le favori des professeurs et qu'un « 20/20 » était sans cesse affiché sur ma copie à chaque fois qu'on m'en rendait une. Complètement l'opposé de ma sœur j'étais. Nishima Ayame, ou plutôt « le génie naturel ». C'était vraiment la première de la classe et en plus, celle qui attirait déjà le regard de tous les mecs de la classe (à 9 ans quand même !). Bon, certes, elle avait deux ans de plus que moi et était déjà passée Genin, enfin bon. Quand elle était encore à l'académie, son génie et sa beauté étaient sans égal et elle se faisait déjà remarquer auprès de tous les professeurs, qui la considéraient incontestablement comme un futur grand Jônin, voire même « le successeur de son père » comme Sandaïme Raiukage. Et même, mes deux parents disaient qu'elle aurait un brillant avenir en tant que Kunoichi, et qu'elle serait un Ninja de renommé reconnu mondialement. Constamment, je vivais dans l'ombre de ma sœur aînée, qui ne cessait de rafler des compliments de la part de son entourage. Voilà pourquoi je la considérai comme ma rivale. Je souhaitai l'égaler, la surpasser et devenir un Shinobi de renommé, tous comme de légendaires Shinobis comme Jiraya, Hatake Kakashi ou encore Uzumaki Naruto, dont leurs noms étaient gravés dans l'histoire du monde Shinobi. A cet âge, c'était mon but, ma raison de vivre. Je voulais la gloire, comme l'avait acquis mon père et comme ma sœur, étant sur le chemin et se frayant petit à petit ce passage vers la légende.

Malheureusement pour moi, l'accès vers la popularité fut ralenti par mon échec à l'examen afin de devenir un aspirant Ninja. Je savais très bien que l'art du Ninjutsu, ce n'était pas pour moi et que j'avais des difficultés à le maîtriser. Utiliser un Henge no Jutsu était une épreuve insurmontable. J'étais bien plus à l'aise avec un Bôken dans les mains plutôt que de tenter à malaxer correctement mon chakra afin de pouvoir utiliser des jutsus. Un échec total du début jusqu'à la fin. Je ne pus m'empêcher de rentrer chez moi en larmes, pensant que j'étais un véritable raté qui n'arriverait à rien. Un raté, rien que ça. Des techniques de base que j'arrivais à peine à exécuter... Comparé à mon père et à Ayame, j'étais tout simplement pitoyable. Le talent de mon père avait été transmis à ma rivale, et non à moi. La déception m'avait clairement atteinte et je ne pus m'empêcher de pleurer, encore et encore. Soudain, la voix de Mizuki se fit entendre. Il tenta de me consoler, en vain. Cet échec était cuisant pour moi et à ce moment-là, j'avais la certitude que je n'allais pas arriver à grand-chose dans ma misérable vie et que je mourrai dans le déshonneur vis-à-vis du fait que je n'avais pas réussi à devenir un Shinobi. Mon père tenta de me comprendre en me disant qu'à mon âge, il était tout à fait normal de vouloir abandonner au premier obstacle se dressant devant nous. Il me dit qu'avant, il était comme moi, que le Ninjutsu n'était pas ce qu'il préférait (encore moins le Genjutsu) mais qu'il fallait malgré tout l'apprendre. Et que c'était en recommençant, en recommençant plusieurs fois qu'au bout d'un moment, la réussite venait à nous. En l'écoutant, je commençai très vite à me remettre en question à propos de mon refus de me donner mon bandeau frontal et de me promouvoir au rang d'Aspirant Ninja; et ainsi me laisser l'opportunité de devenir un véritable Ninja. Tant pis, ce n'était pas grave, et il fallait malgré cela que je fasse une nouvelle tentative. Même si cela allait prendre un peu de temps afin que je repasse cet examen (c'est-à-dire l'année prochaine); j'allai quand même m'entraîner, durant des heures, des jours, des semaines afin de pouvoir, cette fois-ci, réussir.

Alors, durant une année entière, c'en était fini de glander et de glander, encore et encore. Je devais me prendre en main et m'efforcer à réussir. Ma réussite ne dépendrait que de ma volonté à atteindre mon rêve, comme me l'avait dit mon père, qui fit cela pour atteindre le poste qu'il avait. Je devais persévérer afin de ne pas rater cette fois-ci mon examen.
Et cette fois-ci, lors de l'examen, je pus le réussir et j'obtins mon bandeau frontal, celui de Yûdachi. J'étais officiellement devenu un Shinobi. Mais ce n'était pas fini, il me restait à devenir un Genin maintenant. Je fus, avec deux autres Aspirants Ninjas, sous la tutelle d'un Jônin. Une très belle femme d'une trentaine d'années, spécialise dans le Genjutsu. Elles nous fit passer plusieurs épreuves testant essentiellement notre travail d'équipe. Car là était la clé de la réussite d'une mission: le travail d'équipe. Les épreuves furent habilement faites de façon à ce que chacun d'entre nous se serre les coudes et s'aide en cas de besoin. Mais, nous comprenions difficilement cela, notre intérêt personnel ayant primé durant les épreuves. Mais, le dernier test fut certainement celui qui nous révèlerait de qui de nous trois deviendrait un Genin. Le but était de faire une égratignure à notre Senseï. En apparence, ceci avait l'air simple mais quand nous avions affaire à une adepte du Genjutsu, la tâche était déjà quelque peu plus compliquée. Chacun tentait seul, avec des kunaï, shurikens et les quelques jutsus que nous connaissions, à la frapper mais ceci était inutile. Nous ne faisons que dépenser inutilement dépenser notre énergie. Pendant une heure, nous attentions en solo mais après cette durée écoulée, nous comprenions que notre stratégie n'était pas assez efficace. Nous devions travailler en équipe afin de l'avoir. Et nous fîmes cela. Nos efforts furent récompensés; une légère égratignure apparaissant sur sa joue droite, grâce à notre travail d'équipe. Elle nous félicita et nous promu au rang de Genin. Nous étions véritablement devenus des Genins et j'avançai pas à pas vers mon but.

Durant 2 ans, j'enchaînai les diverses missions de rang D et C, sans véritable but dirais-je. De simples missions basiques sans véritable danger. Mais j'apprenais en même temps, ce qu'était un Ninja. C'était une personne qui devait parfois s'occuper de tâches pas toujours agréables à faire, mais obligatoire pour le bien de tous. Tout ça, bien sûr, en étant surveillé par mon père, qui prenait de temps à autre un petit peu de son temps afin de m'entraîner à la maîtrise du Kenjutsu, l'art qu'utilisent les Nishima. Mais pendant ce temps... j'avais l'impression que ma sœur s'écartait de plus en plus de moi. Elle avait réussi à passer Chûnin, et ceci à 14 ans. Une Kunoichi polyvalente qui gravissait les échelons très vite. Il était certain qu'elle deviendrait une grande Kunoichi, qui marquerait très inévitablement l'histoire du village. Et je me devais de la rattraper.
Alors que j'avais acquis de l'expérience et des techniques en compagnie de mes deux partenaires, nous décidâmes après plusieurs réflexions de participer à l'examen Chûnin. L'opportunité d'accéder à un grade supérieur ne se présenterait pas tous les jours et je devais saisir cette chance. Les deux premières épreuves se passèrent sans grand souci mais disons que la troisième allait être bien plus difficile. Un tournoi qui permettrait d'élire un Chûnin. Je me retrouvai confronté à un Genin de Suna utilisant un marionnette. Le combat dura une quinzaine de minutes et je tentai de tout donner durant ce combat. J'utilisai les techniques de Kenjutsu que m'avaient appris mon père ainsi ce que mon Sensei nous avait enseigné durant deux années. Malheureusement, par manque de chance, je me pris un coup fatal qui me transperça l'abdomen. Je fus contrains d'abandonner après ces quinze minutes de lutte intense. J'avais l'impression de commencer à disparaître...


III. Légende


Je me réveillai dans l'hôpital de Yûdachi. On me dit que la blessure était grave et que je devais abandonner mes rêves. Elle était possible à soigner mais ce ne serait pas possible de continuer. Et puis mon bras gauche fut un peu touché quand même durant le combat, ce qui ne rendait pas les choses plus faciles. Autant dire que mon aventure était sur le point de s'arrêter... je n'avais plus d'espoir d'accomplir mon rêve. Fini, c'était la fin. Jamais mon nom serait écrit dans l'histoire, jamais je ne pourrai battre ma sœur, jamais je ne pourrai...
3 ans plus tard... le temps était passé très vite... j'avais quinze ans, et était toujours un Genin, mais un Genin qui ne pouvait pas combattre. Se réveiller en se disant que son rêve serait impossible à atteindre était un calvaire difficile à supporter; je n'y arrivais pas, c'était beaucoup trop difficile pour moi. Ma soeur, qui était toujours Chunin, mais qui commençait à avoir de plus en plus de responsabilités dans le village, était toujours derrière moi et espérait que je me rétablirai et que, peut-être un jour, je puisse de nouveau tenir un Katana. Je rêvai; c'était tout bonnement impossible. « Ne pas perdre espoir. ». C'était une phrase que me répétait souvent le Nidaime Raiukage. Pourtant, il s'était complètement envolé...
Mais ! Une nouvelle vint rapidement changer les choses. Selon des rumeurs, Jichirô Ketsuki serait dans la région ! Ketsuki était un légendaire Ninja médecin, connu pour avoir participé à de nombreuses guerres et des missions très dangereuses. Il s'était fait une énorme réputation, de là à être connu mondialement. Il était dans l'histoire, comme l'un des Shinobis qui avaient marqué son époque et les médecins. Il était qualifié de « légende », « de héros » et était considéré par beaucoup comme un des meilleurs médecins au monde. Peut-être que cet homme allait pouvoir m'aider et je mis tout en œuvre afin de retrouver sa trace. Avec Ayame, nous cherchâmes dans la région où pourrait bien se trouver Ketsuki. Nous fîmes de longues recherches qui s'avéraient être inutiles. Il était impossible à retrouver. Oui, c'était bel et bien des rumeurs. En fin de compte, jamais je n'allai pouvoir combattre à nouveau.

Mais alors que nous nous étions arrêtés dans un petit village où nous nous étions reposés avant de nous remettre en route vers Yûdachi, la grande coïncidence fut que nous pûmes le rencontrer. La chance nous avait sourit ! Il allait pouvoir nous aider. Nous lui demandâmes de m'aider à panser mes blessures, chose qu'il refusa, à notre grande surprise. Nous qui pensions qu'il pourrait m'aider, il m'abandonna d'un ton froid. Nous le questionnâmes sur les raisons de son refus. Le légendaire médecin avait perdu sa fille, mystérieusement disparue. Cela faisait des années qu'il tentait de la chercher et de trouver des raisons à son étrange disparition. Nous lui dîmes que nous allions l'aider à trouver des informations sur sa fille perdue. Nous perdîmes du temps, certes, mais c'était pour le bien de ce vieil homme, qui n'avait visiblement plus rien à perdre. La seule chose qu'il souhaitait, c'était de retrouver sa fille qu'il aimait plus que tout. Il ne voudrait pas qu'elle soit au paradis, comme sa mère selon ce qu'il avait dit. Si ses informations qu'on lui avait transmis étaient bonnes, la réponse à toutes ses interrogations se trouverait dans cette région. C'était donc parti pour une nouvelle quête, qui dura en tout deux semaines. Après avoir longtemps cherché, nous trouvâmes une réponse à cette question. Elle était morte dans cette région, plus précisément dans un village qui s'était retrouvé attaqué par des Nukenin ayant soif d'argent. Elle tenta vaillement de défendre ce petit village auquel elle s'était attachée mais cela ne servit à rien; elle fut tuée. L'ancien héros qu'était Ketsuki s'effondra en larmes. Il espérait que sa fille était en encore en vie. L'espoir l'avait tué...

Finalement, il accepta de me soigner et de me guérir complètement. Je me sentais beaucoup mieux et j'avais retrouvé mon bras gauche, comme neuf. Et je devais tout cela à cet homme, qui avait perdu goût à la vie. Je ne savais pas comment le remercier... Je me disais que l'avoir aidé à découvrir la vérité sur la disparition de sa fille n'était rien... Je ne l'avais même pas aidé, je l'avais plongé dans une dépression dans laquelle il aurait du mal à en sortir. Il ne pouvait plus se considérer comme le héros qui soignait quiconque en avait besoin. Il n'était plus ce médecin légendaire dont le nom était connu mondialement. Non, il était tout simplement un homme ayant trouvé refuge dans l'alcool et la dépression. J'osais franchement espérer qu'il ne trouverait pas le chemin de l'ultime solution vers la paix et le repos éternel: la mort. Vu sa situation, il ne serait pas étonnant qu'il finisse fou ou qu'il veuille se suicider afin de ne pas sombrer dans la folie. A partir de ce moment-là, je commençai à avoir une autre opinion du monde Shinobi. Ce n'était pas exactement ce que je croyais. Certes, j'étais conscient qu'il y avait une certaine cruauté dans le monde où nous vivions. Mais jamais, jamais je ne m'étais confronté à ce genre de choses. La perte d'un être qui nous est cher... Ne jamais perdre espoir... Cependant, que faire lorsque tout est fini ? Rien... l'espoir ayant disparu, la personne qui nous est cher disparaît... notre seule raison de vivre s'écroule et nous donne envie de se donner la mort... je ne pus m'empêcher d'être ému en le regardant... Un homme qui est passé de la gloire à l'ombre, qui se fiche absolument de sa gloire d'antan. Il avait foi en l'espoir de la retrouver... En vain. Les réalités étaient tous autres que l'on pouvait le penser. Le monde est à la fois un paradis et un enfer... je venais de l'apprendre...

Je remerciai Ketsuki pour ce qu'il avait accompli, et ma sœur et moi nous mîmes de nouveau en route pour rentrer à Yûdachi. En fin de compte, qu'est-ce qu'est la gloire et la popularité ? Quel intérêt y a-t-il à être connu et à être écrit dans l'histoire juste pour son intérêt personnel ? La satisfaction de son égo et vouloir être en haut n'est que stupidité et ne résulte qu'à une simple illusion créée par celui qui tente d'être au sommet. La véritable gloire ne s'obtient pas en gravissant les échelons, en tentant d'accéder au même rang d'un Dieu. Non, elle s'obtient en faisant preuve de courage et en étant au service des autres. L'homme reconnu est celui qui a fait un geste pour les autres, pas celui qui se fait des gestes pour lui-même. Être la lumière et l'espoir des autres, c'est le moyen pour être une légende. Ketsuki l'a compris, il l'a fait et il est devenu ce qu'il est.
Et donc, je n'allai pas gravir les échelons pour moi, mais pour les autres, pour le village. Je savais qu'il était important de rendre service au village. Mais je ne me doutais pas qu'il fallait être d'une manière totale au service des habitants, et se vouer à sa patrie.

Deux ans plus tard, je pus enfin devenir un Chûnin, chose que j'attendais depuis longtemps. Et puis cinq ans après ma promotion en tant que Chûnin, mon père, qui remarqua mes changements et mon nouvel esprit, beaucoup plus mature et sérieux qu'avant, me promut au rang de Jônin. Il pensait que je pourrai à l'avenir, faire un très bon Shikaku, l'élite du village. Autant dire que je ne préférai pas rêver de cela, l'élite des Shinobis était réservée à des personnes bien particulières et j'en ferai difficilement partie. Ceci n'était pas impossible, mais cela ne serait pas chose aisée, bien au contraire. Et dire qu'il fallait que j'aie « espoir »... je n'y croyais plus vraiment à ça. Non. Seul la volonté des gens avaient le pouvoir de changer les choses, pas l'espoir. C'était cela qui avait fait plongé dans l'état dans lequel il était. Aujourd'hui, son corps se trouvait dans une tombe... il s'était suicidé, fort heureusement pour lui, si je pouvais me permettre de dire ça à quelqu'un qui m'avait « sauvé » la vie. C'était une solution beaucoup plus honorable que de devenir fou et de tuer quiconque viendrait à sa rencontre. Chaque semaine, je pensai à aller sur sa tombe, tout en pensant à lui. Il resterait, malgré tout, une légende à jamais.


Jichirô Ketsuki... Merci.


IV. Mensonge


Cinq ans plus tard... j'avais 27 ans et en fin de compte, j'étais devenu un Shikaku, j'avais intégré l'élite des Shinobis de Yûdachi. Ma sœur, elle aussi avait intégré l'élite des Shinobis du village, mais un an avant moi. C'était très certainement elle qui deviendrait le Sandaime Raiukage, vu qu'elle faisait l'éloge de beaucoup de ninjas du village.

Un jour, tout à fait normal, je rentrai à la maison. Tranquillement, je me dirigeai vers ma chambre afin de me reposer mais je remarquai que la chambre d'Ayame était ouverte. Elle était à l'intérieur et préparait visiblement quelque chose, mais je n'arrivai à voir clairement ce que cela pouvait bien être. Un mauvais mouvement de ma part fit que je fus repéré par elle, qui se retournait, l'air surpris et cachant bien ce qu'elle faisait. Je ne préférai pas la questionner et montai dans ma chambre. Ces derniers temps, Ayame était devenue étrange, avec un comportement qui ne cessait d'être suspect de jour en jour. Je me demandai bien ce qu'elle mijotait et m'empressai d'en parler à mon père. Lui aussi avait remarqué un comportement quelque peu suspect de sa part et qu'il fallait s'en méfier...

Trois jours plus tard, je fus convoqué à l'hôpital du village. On m'annonça que mon père était malade... Son état était critique et qu'au fil du temps qui passait, la vie l'abandonnait. Ses chances de survie étaient minces... il était inévitable de dire qu'il ne pouvait plus exercer son rôle de Raiukage. Je n'arrivai pas à croire que si soudainement, une maladie l'avait atteint, d'autant plus que c'était un homme ayant vécu dans de bonnes conditions et avait toujours été en bonne santé. Alors.. comment ?

L'élection d'un nouveau Kage devait être rapide et un seul prénom résonnait déjà dans les têtes comme le nouveau Raiukage: Nishima Ayame. 29 ans, Shikaku, Kunoichi modèle aux capacités incroyables, elle possédait indéniablement toutes les qualités afin de devenir notre leader à tous. Mais.. étrangement, je m'étais mis dans la tête qu'elle avait un lien directe avec l'état critique de notre père. Son comportement de ces derniers temps la suspectait tellement... et pourtant; en temps normal, elle n'aurait jamais pu voir mon père dans son bureau afin de tenter quelque chose contre lui, un empoisonnement ou quelque chose dans le même genre, vu qu'il est protégé par trois Shikaku, constamment. Alors, comment aurait-elle bien pu s'y prendre ? Cette histoire était tout bonnement et tout simplement impensable...

Je demandai alors au chef des Shikaku d'ouvrir une enquête, supposant que le Raiukage ne se trouvait pas dans un état critique par grand hasard. Il accepta ma requête et nous mîmes tout en œuvre pour tenter de trouver des indices qui pourraient nous aider. Mais rien, rien du tout. L'enquête n'aboutit à rien et donc, nous ne pouvions considérer qu'il fut la cible d'une tentative d'assassinat, même si tout cela aurait pu être crédible. Quoi de mieux que d'assassiner le dirigeant d'un village, tout en pensant avec fermeté qu'on arriverait immédiatement au pouvoir par la suite ? Un coup trop bien calculé... Penser que ma sœur aurait le courage de mettre un terme à la vie de son sang, de sa chair était vraiment fou, mais quand j'avais beaucoup de raisons de l'accuser, pourquoi penser autre chose ?
Une semaine plus tard... c'est avec la plus grande tristesse que nous apprîmes le décès de mon père. Tout le village était en deuil. Il venait de perdre son père à tous, sa lumière et son « espoir ». Une nouvelle qui nous avait tous abattu, sans exception, ou presque. Oui, bien évidemment, je sentais bien qu'Ayame jouait la comédie en le pleurant... Non, au contraire; c'était des larmes de joie. L'obstacle principal éliminé, elle n'avait plus de concurrent afin de l'empêcher d'accéder au pouvoir. D'autant plus que vu la réputation qu'elle possédait et vu le nom qu'elle représentait, il était logique de la placer au rang de Sandaime Raiukage. Un plan très bien ficelé qui allait lui permettre de gagner la partie et ainsi, de contrôler Yûdachi. Mais tout n'allait pas se passer comme prévu pour elle. Son obstination à vouloir l'arrêter était trop forte pour qu'elle sorte gagnante de cette opposition; je mis tout en œuvre afin de prouver qu'elle avait un rapport direct avec la mort de Nishima Mizuki. Tout. Et même, avec d'autres Shikaku qui me soutenaient dans mon enquête, nous pûmes la prendre en filature. Elle avait deux complices, qui s'étaient chargés de l'empoisonnement du Nidaime Raiukage. Elle s'était occupée de l'arme servant à mettre fin à ces jours... Cette fois-ci, c'en était véritablement fini pour elle, il n'y avait aucun échappatoire. Et alors que nous nous apprêtions à l'arrêter, elle réussit à s'enfuir du village. Je me mis immédiatement en route afin de la rattraper. Et je réussis à la trouver. Nous étions seuls à seuls, sur les ruines de Kiri, ravagée par les forces de Kumo. Je lui demandai quelle pouvait bien être sa source de motivation, pourquoi avait-elle bien pu faire ça. Elle voulait s'emparer du pouvoir.

Oui, elle devenait obséder par ça. Elle trouvait qu'elle était pathétique et dans l'ombre de tous, surtout de moi, me disant que notre regretté père allait faire de moi son successeur. Je n'y croyais pas. La chouchou Ayame, la préférée des gens, celle qui était admirée de tous, ne pas être le successeur ? Invraisemblable. Et pourtant, c'était ce qu'elle tentait par tous les moyens de me faire comprendre. Et d'autant plus que selon elle, l'ancien chef du village m'avait laissé un héritage caché... une énorme somme d'argent qui me reviendrait en cas de décès, ainsi qu'un objet familial transmis de générations en générations, qui n'avait jamais été utilisé auparavant, du fait de son énorme puissance. Et puisqu'elle avait envie de me raconter beaucoup de vérités, elle me parla du Shodaime Raiukage et de sa « soi-disante » disparition. Elle me dit clairement que c'était faux, et qu'il avait été tué par Yûdachi lui-même. Un horrible complot avait été organisé contre lui, car il était jugé trop dangereux pour rester en vie. Nous avions affaire à un mensonge qui n'avait lieu d'être. L'histoire de Yûdachi était carrément falsifié... Et de ces mensonges, elle en avait assez. Tant de complots, tant de mensonges, tant de stupidités et de croyances étant à des années-lumières de la réalité... Dans un certain sens, elle n'avait tout de même pas tort; que les choses qu'avaient fait le village n'étaient pas les meilleurs qui puissent être faites. Cependant, ce qu'elle avait fait était impardonnable et elle n'aspirait pas à une bonne cause. J'essayai de lui faire comprendre cela, mais il était inutile de discuter avec elle, elle restait fermement sur ses positions. Et vu qu'elle avait raté son plan qui se déroulait à merveille, elle n'avait d'autre choix que de quitter le village à l'aide de ses deux complices. Une intense lutte commença entre nous deux. Jamais je m'étais dit que je livrerai un jour, un combat à mort face à celle que j'aimai le plus au monde. Jamais je me disais qu'un jour, mon but serait de la tuer; jamais. Et dans ce combat où nous dûmes utiliser toutes nos capacités, je pris l'avantage, de là à pouvoir la mettre en mauvaise posture. Elle avait perdu, j'avais l'occasion d'en finir. Au moment où ma lame était sur le point de la transpercer, je pensai à Ketsuki et à sa fille qu'il avait perdu. Perdre un être qui nous est cher... cela me fit hésiter et je ne pus mettre la mort de ma sœur à mon actif, pensant qu'il me serait impossible de m'en remettre un jour. Elle profita de mon hésitation afin de me blesser à la jambe gauche et s'enfuir. Avant de disparaître totalement, elle me dit que mes faiblesses me tueront un jour et qu'elle ne voulait pas en arriver à là; Yûdachi l'avait forcé. Ce village corrompu et rongé de jour en jour par le mensonge se détruirait par sa propre faute. Puis, après m'avoir dit ça, elle disparut, et puis, plus rien.

Je fus retrouvé et amené à l'hôpital afin de soigner ma jambe. La blessure n'était pas grave mais elle m'empêchait de me lancer à la poursuite d'Ayame.... Au final, je l'avais perdu, et mon père avec. Un échec sur toute la ligne. Cependant, je ne pouvais pas les pleurer. Le village avait besoin d'un nouveau dirigeant et le conseil trouva un nom de qualité pour prétendre à ce poste: le mien. Étant le fils de Mizuki et considéré comme son véritable successeur, je devais devenir le Sandaime Raiukage. J'acceptai cette tâche. Et je m'étais promis de changer, de tout changer dans le village, et même dans le monde entier. Nous n'allions plus être rongés par des mensonges, plus vouloir se faire la guerre. Non, tout ça, ce serait fini. Les ténèbres que voulaient faire disparaître mon père dans son village se dissiperaient grâce à moi.


Les ténèbres ont maudit mon village, je créerai une lumière les faisant disparaître et représentant la pureté de Yûdachi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bôheki Toria
PNJ
PNJ

avatar

Messages : 43
Expérience : 0
Date d'inscription : 30/01/2010
Nindô : Ceux qui crachent sur le ciel voient revenir sur eux ce qu'ils ont craché.

Données
Jauge de techniques:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Nishima Kiguchi   Ven 30 Avr - 21:38

Bonjour et bienvenue sur Naruto Dynasty - RPG !

Je te valide en tant que Genin de Yûdachi au Niveau 1 donc 0 Exp, avec 140 dans chaque statistiques ainsi que 1 point a répartir dans les Arts Shinobi selon l'orientation que tu souhaite donner à ton personnage. Tes techniques seront au palier 1.

Tu peux d'ores et déjà commencer à RP mais il te faudra un Rouleau complet pour pouvoir combattre, je t'invites donc à le faire au plus vite.

Vantard de mes deux

Je te souhaite un bon RP sur notre forum et merci d'avoir décidé de nous rejoindre dans notre communauté.


Bonjour et bienvenue sur Naruto Dynasty - RPG !

Je te valide en tant que Raiukage de Yûdachi au Niveau 3 donc 210 Exp, avec 200 dans chaque statistiques ainsi que 3 point a répartir dans les Arts Shinobi selon l'orientation que tu souhaite donner à ton personnage. Tes techniques seront au palier 3.

Tu peux d'ores et déjà commencer à RP mais il te faudra un Rouleau complet pour pouvoir combattre, je t'invites donc à le faire au plus vite.

Descriptions attractives, qui m'ont bien fait rire XD Histoire passionnante et style toujours aussi agréable a lire. Autant dire que le tout m'a plu.

Je te souhaite un bon RP sur notre forum et merci d'avoir décidé de nous rejoindre dans notre communauté.

- - - N D R - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Nishima Kiguchi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nishima Kiguchi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Dynasty - RPG :: Avant Tout :: Présentations :: Présentations validées-
Design & Code By TORIA
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit